CONTRIBUTION : Sonko, un présidentiable très loin du superlatif, comme tous les autres.

Si nous voulons être comme les nations véritablement développées, nous devons décharger de nos cœurs la passion et l’émotion et dire la vérité en tout lieu, en tout temps et en toute circonstance. Que cette vérité s’abatte sur ceux qui nous dirigent ou sur ceux qui aspirent à nous diriger, elle doit être dite dans la quiétude, sans chercher à faire mal ou à plaire à qui que ce soit. Quand on aime une personne, on lui dit la vérité.

Lorsque Sonko a publié son livre « Solution » en grande pompe, nous étions nombreux à pousser un ouf de soulagement disant que celui qu’on attendait depuis la nuit des temps pour changer ce système boiteux était enfin arrivé. Mais avec sa démarche, son manque de rigueur comportemental, la monstruosité de sa communication, ses tergiversations, ses accusations à récurrence sans preuves, le temps, c’est-à-dire le meilleur juge a fini de nous révéler que Sonko n’est pas le présidentiable suffisamment outillé pour incarner les changements tant rêvés. Malheureusement, dans le Sénégal de Macky Sall, dire la vérité est devenue la chose la plus difficile et la plus rare, souvent la plus risquée.  

Pourquoi au Sénégal, de plus en plus, nous avons peur de dire la vérité ? Exemple : Sweet beauté n’est pas Sweet santé encore moins Sweet thérapeutique. Ça, tout le monde le sait. Ce salon est orné d’images obscènes montrant des filles très sexy, à demi dénudées. En voyant ces images, Sonko aurait dû en ressortir immédiatement et aller ailleurs, s’il tenait vraiment à se soigner. Au lieu de s’intéresser à Sonko qui veut devenir notre président, ils l’ont totalement blanchi et se sont tous acharnés sur Adji Sarr, une petite fille de 20 ans pour la démolir et la transformer en dépotoir d’ordures.  

Le 25 Janvier 2019, ce salon a publié ce qui suit dans sa page Facebook : « Sweet beauté reçoit dans un cadre de rêve avec des masseuses professionnels spécialement formées pour vous détendre et pour votre bien être absolu, pour tout type de massage : Body – Body, américaine, sensuel, sénégalais, doux. Venez découvrir notre package avec des filles charmantes et très belles. 

En tant que croyant qui, de surcroît, veut se comporter en présidentiable le plus parfait avec la plus belle image, Ousmane Sonko n’aurait jamais dû mettre les pieds dans ce salon. C’est pourquoi d’ailleurs, la seule explication qu’il pouvait mettre dans les mains des sénégalais éberlués c’était de dire que c’est un complot. Comment n’a – t – il pas pu éviter le piège lui disait que : nakk fayda weesuwul def say mbir naan dan ma piégé.

Au nom de quoi au Sénégal, on critique tout le monde : leaders politiques, marabouts, hommes de valeurs, chefs de partis et qu’on épargne Ousmane Sonko qui veut pourtant être notre président. Macky Sall a certes déçu mais il ne peut être tenu pour responsable de tout ce qui se passe dans les familles, au ciel, dans les chambres, dans les salons de massage, dans les écoles, dans les commissariats de police, dans les gares routières etc. Chaque jour, à tort ou à raison, c’est un torrent de réprobations, d’abjects injures et d’attaques fondées ou nom qui s’abattent sur lui. Cela peut se comprendre parce qu’il gère le pays.

Qu’est ce qui peut bien expliquer que certains marabouts, perçus comme des saints, ignorent ce que Dieu dit de façon formelle pour défendre ce qui est religieusement indéfendable ? Que peuvent – ils obtenir de Sonko qu’ils ne peuvent avoir de Dieu ? Comment se fait-il qu’un Oustaze, celui-là même qui est sensé guider les musulmans, a pu autoriser à Sonko de se rendre dans un tel salon avec tout ce que Dakar compte de lieux indiqués pour ce genre de besoin ?  Assurément, il y’a problème. Soit on choisit la voix de la vérité ou bien on choisit celle du mensonge et de l’hypocrisie.  

C’est sûr qu’ils m’insulteront. Ils peuvent le faire car la personne de Sonko ne m’intéresse pas. Mieux, je l’adore comme tous les sénégalais et tous les humains. Aussi, les injures ne représentent rien devant le sang versé à flot par des sénégalais et des sénégalaises pour la patrie. En revanche, Sonko le présidentiable m’intéresse à plus d’un titre, beaucoup plus que Macky Sall qui est déjà derrière nous. Nous ne devons plus avoir un départ raté.

On note trop de mots de trop dans la communication de Sonko. Le plus souvent, il réagit avec des propos qui volent trop bas. Et ses contradictions se multiplient. Les exemples foisonnent.

Ses violents et vilains propos sur Ahmed Khalifa Niass, les termes trop crus qu’ils avait utilisés heurtent encore terriblement nos oreilles. Même si, visiblement, de façon stratégique, ce dernier a fait semblant d’oublier ou de pardonner. Pourtant c’est Sonko qui reviendra, encore et encore, chez le même Ahmed. D’ailleurs, selon ce dernier, ils sont restés plus de trois heures dans son appartement dénommé Casamance où Sonko lui a dit : « Tu es la seule personne qui peut être mon intermédiaire si je devais discuter avec Macky Sall. Qu’est-ce qui a poussé Sonko à évoquer l’éventualité de discuter avec Macky Sall ? Qu’est – ce qu’ils se sont dits pendant trois heures ? 

Après avoir été à Sweet Beauté et non à Sweet Santé, il a appelé à un mortel combat en ces termes.  Je cite : Soyez mobilisés, le combat s’annonce mortel. Le mot n’est pas de trop, avait-il insisté, quoi qu’il en soit, ne flanchez pas ». 

Après avoir soutenu qu’il y était parce qu’il était malade, le même sonko déclarera ce qui suit : « je tiens à dire ici et maintenant que, en dehors de quelques petits soucis rhumatismaux bénins, je ne souffre d’aucune maladie cardiaque, pulmonaire, rénale ou autre diabète. Je suis en excellente santé par la grâce de Dieu. Et je souligne excellente santé.

C’est le même Sonko qui dira devant tous les sénégalais qu’il n’a jamais rencontré Mansour Faye avant que tout le monde ne découvre le contraire. Le chargé de communication de Pastef nous disait ceci : Je viens juste d’avoir Sonko. Il vient de me confirmer qu’il n’a jamais mis le pied dans un salon de massage. On connait la suite. Celui qui traitait Wade de « piètre homme d’Etat qu’on pouvait fusiller sans péché, allait déclarer qu’il était prêt à faire des milliers de kilomètres pour aller rencontre ce même Wade, le père du système, ce système dont Ousmane Sonko dit combattre. 

Et pour finir, à chaque fois qu’on le critique, il utilise des mots trop bas pour réagir au lieu d’argumenter. Madiambal Diagne en a fait les frais. « Kii moo nakk jom » lui avait – il lancé quand ce dernier a évoqué l’affaire des 94 milliards. Celui qui avait oublié le nom de sa société sur le plateau de son ami Pape Alé, ne donnera jamais le numéro du compte qu’il prétend détenir. Il vient de manifester sa compassion aux sud-africains alors qu’il n’a jamais dit un seul mot en direction des sénégalais à qui on a brûlé les maisons. Il n’est jamais devant les journalistes pour nous expliquer son programme et répondre à des questions de façon convaincante. Non, Sonko n’est pas celui qui va changer ce système.

                                               Falilou Cissé, Bamako Tel 00223 94 20 66 87                       

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: