Vélingara : Cocaïne retrouvée à Saré Maly,  le chef de village libéré

L’association des chefs de village exige la lumière

Après une semaine passée entre les mains de la justice   Sory Diao le chef de village de Saré Maly  citée dans l’affaire de la cocaïne a  humé l’air de la liberté  avant hier mercredi aux environs de 17 heures. Ce, au grand bonheur des habitants du village mais  également de l’association des chefs de village du département qui exigent d’ailleurs que l’affaire soit tirée au clair.

Arrêté après que les pandores ont découvert de la cocaïne derrière sa concession, Sory Diao le chef  de village Saré Maly  a  retrouvé ses  siens  mercredi dernier. Il a été libéré après  avoir passé une semaine entre les mains de la justice.  Une libération synonyme d’ouf de soulagement pour les parents proches et amis. Ces derniers ont vite convergé à son domicile  pour lui apporter  soutient et réconfort. L’autre soutien de taille est celui des chefs de village du département de Vélingara . D’ailleurs, une délégation conduite par son président Elhadj Aliou  Badara Baldé s’est rendu ce jeudi à  Saré Maly  pour lui témoigner le soutien de tous les chefs de villages  du département «  Nous sommes venus aujourd’hui pour apporter notre soutien à notre collègue qui a été  accusé  à tord de trafic de drogue et arrêté pendant une semaine .Devant le procureur  il  a été libéré  .Tout le monde savait que c’était  un coup monté.  Lorsque vous écoutez les témoignages des populations, elles  ont dit que le chef de village   ne fume  pas ,ne boit pas du thé  et ne croque même pas de la cola » A –t-il dit Avant de poursuivre « Celui là où est ce qu’ il peut trouver de la drogue dure. C’est pourquoi nous exigeons  que cette affaire soit tirée au clair, les vrais coupables arrêtés  et jugés » A –t-il martelé. Même s’il est reconnu honnête et digne , ce jeune chef de village  fait   face à une fronde dans son propre village. D’ après un des proches du chef de villages « certaines personnes contestent sa légitimité, d’ailleurs ces dernières  refusent même de  déférer aux  convocations du chef de village  lors des réunions »  nous confesse ce dernier. Ces frondeurs seraient –il à l origine du coup monté ? Seule l’enquête qui suit son cours pourrait  le démontrer .Babacar Diouf

Laisser un commentaire

%d bloggers like this: